Entre Parents-thèses
Journal semestriel des
"ENFANTS DU DIVORCE 59/62"
n°23 - janvier 2013

 
 

Flash info

Notre association PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Dimanche, 23 Mars 2008 18:37
PRESENTATION de l'association

Présente sur le terrain depuis le début des années 70, confirmée par le dépôt des statuts le 27 février 1981, l'association " LES ENFANTS DU DIMANCHE " est dorénavant connue et reconnue; ses adhérents(es) se comptent bien loin de la métropole des Flandres, son berceau d'origine.

QUI SONT " LES ENFANTS DU DIMANCHE " ?

L'association recrute majoritairement ses membres dans les rangs des parents divorcés ou séparés (98% environ). La population des adhérents (es) se décompose de la façon suivante :
- 1 à 2 % sont des parents qui, sans être eux-mêmes divorcés ou séparés, sont sensibilisés à la cause des enfants du divorce ;
- 1 à 2 % sont des pères à qui la justice a confié leur (s) enfant (s) ;
- 10 % environ sont des grands-parents ;
- 10 % environ sont des mères à qui le tribunal a confié l'hébergement de l'enfant.
Ces mamans, les premières, ont compris l'importance de " L'AUTRE PARENT " dans la construction psychologique et affective de l'enfant.
- le reste, soit 80 % environ, se compose de parents à qui le tribunal a accordé un droit de visites : il s'agit généralement de pères, mais l'association compte aussi parmi ses membres des "mamans du dimanche" soumises au même régime que les " pères du dimanche "
Grands-parents et mamans compensent leur faiblesse numérique par une participation importante aux activités de l'association ; notamment, la qualité de l'accueil lors des permanences ne serait pas ce qu'elle est sans l'apport décisif des mères.

OBJECTIFS.

L'objectif principal du mouvement est double et se situe dans le cadre d'un divorce ou d'une séparation :
- 1°) responsabilité parentale égale des deux parents en cas de divorce ou de séparation ;
- 2°) renouer et développer le lien entre l'enfant et le parent séparés.
Il va de soi que, parallèlement à ce premier but, LES ENFANTS DU DIMANCHE sont présents sur chaque créneau où se joue l'avenir des enfants du divorce, L'AVENIR AUQUEL A DROIT CHAQUE ENFANT : UN AVENIR DE PAIX ET D'HARMONIE, et non une enfance gâchée par l'exclusion d'un parent.
Ces objectifs sont détaillés dans un document séparé, de même qu'ils sont explicités dans nos statuts.

L'ACCUEIL DES PARENTS DIVORCES OU SEPARES.

Afin de faciliter les déplacements de ses adhérents, LES ENFANTS DU DIMANCHE ont choisi Marcq-en-Baroeul, centre géographique de la métropole nordiste, pour y tenir leurs trois permanences mensuelles. Une de ces permanences, animée par notre groupe "grands-parents", est plus spécialement orientée en direction des mamies et des papys.
Rappelons - en est-il besoin ? - que l'objectif initial des permanences était principalement le respect du droit de visites du père; cet objectif reste d'actualité mais, depuis 1991, sont venus s'y greffer les attentes et les espoirs des grands-parents et des mères qui, de plus en plus nombreux, poussent la porte des ENFANTS DU DIMANCHE.
Parmi les membres de l'équipe d'accueil, sont généralement présents, et tous bénévoles : éducateur (trice) spécialisé(e), avocat(e), assistant(e) social(e), conseiller conjugal et familial, thérapeute de couples.

UNE VOLONTE ET UNE SPECIFICITE CLAIREMENT AFFICHEES.

Afin de concrétiser la volonté des adhérents de RESTER PARENTS malgré la rupture du couple, l'association adhère à l'Union Départementale des Associations Familiales (U.D.A.F. ), et participe régulièrement aux travaux de cette dernière.
Afin d'affirmer sa spécificité ( 1) l'association adhère également à
L'ENFANT ET SON PERE, Fédération Nationale des Mouvements de la Condition Paternelle.

DES RELAIS EN FRANCE ET A L'ETRANGER.

Notre mouvement est présent dans chaque département ; de nombreux contacts internationaux sont établis, notamment par l'appartenance de notre fédération à PARENTS FOREVER INTERNATIONAL et à S.O.S. ENFANTS EUROPE.

LE CADRE JURIDIQUE.

LES ENFANTS DU DIMANCHE évoluent dans le cadre de :
- la loi de 1901 régissant la vie associative française,
- la Convention Internationale des Droits de l'enfant, article 9.3, convention applicable dans notre pays depuis le 6 septembre 1990.

LES RELATIONS AVEC :

- LES ASSOCIATIONS RELEVANT DU DROIT DES FEMMES,
- LA MEDIATION FAMILIALE,
- LES ACTEURS DES SECTEURS DE LA SANTE, SOCIAL, ASSOCIATIF ET DE L'ENFANCE,
- LES ADMINISTRATIONS MUNICIPALES & REGIONALES .

Depuis 1991, ces différentes structures sont régulièrement invitées à chacune de nos permanences, assemblées générales, conférences, etc ... , et répondent généralement "présentes".
LES ENFANTS DU DIMANCHE, quant à eux , assistent à tous les débats, réunions, etc... auxquels ils sont conviés.
Le constat est commun :
- trop de parents, généralement des pères, sont exclus de la vie de leur enfant ;
- trop d'enfants essuient des difficultés scolaires tant que dure le conflit ; après la résolution de ce dernier, la situation d'échec scolaire est souvent irréversible ;
- trop d'enfants sont manipulés contre " l'autre parent ", d'où des désordres affectifs qu'ils risquent de subir toute leur vie;
- trop d'enfants sont atteints dans leur construction psychologique, risquant ainsi une vie d'adulte gravement perturbée;
- TROP D'ENFANTS SONT PRIVES DU DROIT A LEURS DEUX PARENTS.

( 1 ) 75 à 80% des adhérents sont des parents divorcés ou séparés, généralement des pères disposant d'un droit de visites tous les quinze jours uniquement, voire moins.

Mise à jour le Dimanche, 23 Mars 2008 18:49
 

Derniers articles
Articles les plus lus

 

" Pour une responsabilité parentale égale en cas de divorce ou de séparation "